Faire
un don
Vivre le diabète

Activité physique

La pratique régulière d'une activité physique fait partie du traitement de la personne diabétique de type 2 au même titre qu’une alimentation saine et équilibrée

L’état de santé de la personne diabétique sera influencé favorablement par une pratique physique et/ou sportive bien conduite et à condition de respecter quelques règles de base.

L'activité physique se définit par "tout mouvement du corps produit par les muscles et qui entraîne une dépense d'énergie au-dessus de la dépense de repos".  Le sport se définit quant à lui par "toute activité physique pratiquée selon des règles, se présentant sous la forme de jeux ou d'exercices individuels ou collectifs, à l'école, en famille, de façon autonomone ou encadrée". 

Un programme d'activité physique bien équilibré doit inclure des activités d'endurance et de renforcement musculaire. Ces deux types d'activités sont complémentaires :

  • les activités d'endurance : l'endurance est un type d'exercice pouvant être maintenu de longue durée (> 20 minutes) et d'intensité faible à modérée. On parle d'endurance cardiorespiratoire qui est la capacité du système cardiorespiratoire à maintenir un effort prolongé. L'effet métabolique de ce type d'activité peut se prolonger jusqu'à 30 heures après l'exercice !  La marche, la marche nordique, le vélo, la natation,... sont des exemples d'activités d'endurance
  • les activités de renforcement musculaire : ces exercices sont indiqués afin d'augmenter la capacité totale à utiliser du glucose. L'objectif est de rendre plus fortes et plus résistantes les personnes de manière à faciliter des d'activités comme monter les escaliers, bricoler, jardiner,... Le renforcement musculaire est idéalement complété par des exercices visant à entretenir ou à augmenter la souplesse.

Outre l'obtention d'un meilleur équilibre glycémique, l'activité physique et sportive participe aussi à un meilleur contrôle des lipides, un meilleur profil tensionnel, une réduction des comorbidités associées au diabète de type 2 (la comorbidité désigne l'association de deux maladies, physiques ou psychiques, observées dans une population donnée, sans causalité établie - contrairement aux complications), ainsi qu'à une diminution du risque cardiovasculaire.

Les recommandations de bonne pratique préconisent 30 minutes d'activité physique ou sportive d'endurance par jour ou un minimum de 150 minutes par semaine. 

Une activité physique et sportive permet de prévenir l'apparition d'un diabète de type 2. Elle améliore l'insulinosensibilité en permettant au muscle en exercice de consommer du glucose

Toute activité physique doit débuter progressivement et de façon personnalisée. Afin de débuter celle-ci en toute sérénité, un bilan médical et un bilan physique (tests d'aptitudes) sont nécessaires. Le bilan médical doit notamment comprendre une visite chez le cardiologue afin d'exclure toute cardiopathie ischémique (l'ischémie désigne un arrêt de la circulation sanguine dans un organe, un tissu). Une épreuve d'effort pourra éventuellement être proposée. Une visite chez un ophtalmologue est également conseillée pour s'assurer de l'absence de rétinopathie diabétique. La surveillance des pieds et de bonnes chaussures sont aussi indispensables à une bonne pratique sportive. 

Depuis mai 2018, les kinésitherapeutes sont par ailleurs habilités à fournir des prestations d'éducation au diabète dans le cadre des Trajets de soins où leurs prestations font l'objet d'un remboursement de l'assurance obligatoire.

 

Merci pour leur précieux soutien